Un travail productif grâce à une bonne qualité de l’air

Lufthygiene und Luftqualität am Arbeitsplatz

L’air est essentiel à notre existence. Etant donné que nous passons la plupart de notre temps dans des bâtiments, la qualité de l’air est déterminante: un air ambiant de qualité préserve notre performance et notre santé.

On ne peut pas vivre uniquement d’air. Mais on ne peut pas non plus vivre sans. L’Homme survit sans respirer à peine trois minutes. L’air est donc essentiel à notre existence. Nous avons besoin d’un kilo de nourriture, de trois kilos de liquide et d’environ 20 kilos d’air par jour. Et pas n’importe lequel: la qualité de l’air est décisive pour rester en forme tout au long de la journée.

Une mauvaise qualité de l’air réduit la productivité

L’air se compose d’environ 78% d’azote, de 21% d’oxygène, d’1% d’argon et d’autres gaz. Représentant moins d’1% dans la composition de l’air, le dioxyde de carbone ne constitue qu’une proportion faible, mais extrêmement importante.

La plupart d’entre nous passe jusqu’à 90% de son temps à l’intérieur. Si l’air contient trop de CO2, la qualité de l’air se dégrade. C’est pourquoi le commentaire des ordonnances 3 et 4 relatives à la loi sur le travail recommande une valeur de CO2 de maximum 1000 ppm (parties par million). Au-delà de cette limite, il nous est difficile de nous concentrer, et nous pouvons souffrir de maux de tête ou d’étourdissements. De plus, une mauvaise qualité de l’air engendre une baisse de notre productivité allant jusqu’à 9% (source: SVLW).

Quand les bâtiments causent des maladies

Les moisissures, les squames, les pollens et les particules d’imprimantes ou de machines nuisent également à la santé. Les solvants, la colle à tapisser, les enduits ou les peintures peuvent déclencher le syndrome du bâtiment malsain. Les conséquences vont des difficultés respiratoires aux dysfonctionnements du foie et des reins. Cela coûte environ deux millions d’années de travail saines à l’échelle de l’Union européenne chaque année (source: SVLW).

L’aération ne suffit pas

Que faire? Il est bon de créer des courants d’air plusieurs fois par jour et de placer un humidificateur d’air en hiver. Mais souvent, cela ne suffit pas ou n’est pas possible: dans les bâtiments récents, le système de ventilation est souvent fermé tout comme les fenêtres.

La qualité de l’air est particulièrement importante dans les hôpitaux et le secteur de la restauration

Dans les hôpitaux et les maisons de retraite, une mauvaise qualité de l’air est particulièrement critique. Les germes et les particules peuvent détériorer plus rapidement la santé des personnes déjà affaiblies. La qualité de l’air est également décisive pour les entreprises du secteur de l’hôtellerie et de la restauration: un air contaminé par des germes et des spores peut altérer les denrées alimentaires. Un seul moyen d’y remédier: un système de ventilation bien entretenu. Cette condition est indispensable pour qu’il assure la performance pour laquelle il est prévu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *